Gustave Klimt

180pxgustavklimt1902.jpgGustav Klimt (14 juillet 18626 février 1918) est un peintre symboliste autrichien, et un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau de Vienne.

Deuxième enfant d’une famille de sept, Gustav Klimt est né à Baumgarten le 14 juillet 1862, à côté de Vienne, Autriche. Fils d’Ernest Klimt, orfèvre ciseleur, et Anna Finster, chanteuse lyrique, il suit les cours de la Kunstgewerbeschule de Vienne (École des arts décoratifs) dans les années 1876-1883, où il est l’élève de Ferdinand Laufberger. Klimt est aussi membre honoraire des universités de Munich et de Vienne.

En 1879, il débute sa carrière comme décorateur dans l’équipe de Hans Makart, avec son frère Ernst et Franz Matsch, jusqu’en 1891. Il réalise en particulier de nombreuses fresques dans un style néo-classique académique (comme pour le Burgtheater de Vienne) et la précision de ses portraits est renommée. Ses qualités artistiques sont reconnues officiellement, et il reçoit en 1888 la Croix d’or du mérite artistique de la part de l’empereur.

En 1892, à la mort de son frère, s’amorce la rupture avec l’académisme. Il échoue d’ailleurs à la nomination à la chaire de peinture d’histoire des Beaux-Arts.

À l’occasion de ses premières commandes personnelles (les pendentifs du grand escalier du Kunsthistorisches Museum), il se dégage des modèles académiques, inspiré par les estampes japonaises, et le symbolisme.

Avec notamment Josef Olbrich, Koloman Moser et Rudolph Bacher, il crée le 3 avril 1897 la Wiener Sezession (la Sezession viennoise ou Sezessionstil), groupe d’artistes rompant avec l’académisme. Il fonde également un périodique, Ver Sacrum, reprenant l’activité de ce groupe.

Son œuvre maîtresse de cette époque est une série d’allégories peintes pour illustrer certaines matières de l’université de Vienne : la Philosophie, la Médecine et la Jurisprudence. Ces tableaux offusquent la critique, mais le premier est couronné de la médaille d’or de l’exposition universelle de Paris de 1900. Ces trois œuvres sont détruites par les nazis en 1945.

En 1902, il peint une grande fresque en l’honneur de Ludwig van Beethoven pour la 14e exposition de la Sécession. Cette frise fait l’objet de nombreuses critiques, mais est appréciée par Auguste Rodin. En 1907, il rencontre le jeune peintre Egon Schiele qu’il va beaucoup influencer ; Klimt sera pour Schiele son modèle et son maître.

Devant les désaccords avec de nombreux artistes du groupe, il quitte la ‘Secession’ en 1905, accompagné par Koloman Moser, Carl Moll, Otto Wagner et d’autres. Il épure son style, évitant, à partir de 1909, l’or.

Célibataire endurci, il vit avec sa mère et ses sœurs. Il a cependant de nombreuses maîtresses, et quelques enfants.

Il décède le 6 février 1918 à Vienne d’une pneumonie et est enterré dans cette même ville au cimetière Hietzing.

Ses principaux travaux incluent les peintures, les fresques, les croquis et autres objets d’art, dont plusieurs sont exposés à la galerie Vienna Secession. La profusion des détails, la richesse des décors et de la coloration en sont caractéristiques, ainsi que la précision des portraits.

Klimt est connu pour son utilisation de l’or dans les peintures, qu’il découvre après avoir vu des mosaïques byzantines de Ravenne : voir le tableau de droite, Judith I, peint en 1901.

Klimt peint également quelques paysages, privilégiant une toile carrée (comme beaucoup d’artiste de la Secession), avec une absence totale de personnages, ce qui donne une ambiance de particulière sérénité. Ces tableaux sont peints « sur le vif » et terminés en atelier.

Principales oeuvres:

  • Les peintures murales de l’Université de Vienne
  • Les mosaïques du palais Stoclet de Bruxelles
  • Buchenwald ((de) Birkenwald) (1901);
  • Judith I (1902);
  • Emilie Floge (1902);
  • Judith II ou Salomé (1909);
  • Wasserschlangen I (1904);
  • Adele Bloch-Bauer I (1907);
  • Le Baiser (1907);
  • Adele Bloch-Bauer II (1912);
  • Die Jungfrau (1913);
  • Les frises Beethoven de la Galerie Secession de Vienne ;
  • L’Accomplissement ;
  • L’Attente ;
  • Serena Pulitzer Lederer, portrait, huile sur toile, 190,8 x 85,4 cm, Metropolitan Museum of Art, New York.
  •  

    gustaveklimt02.jpggustaveklimt01.jpg590pxgustavklimt046.jpggustaveklimt10.jpggustaveklimt04.jpg hj.bmp634pxgustavklimt024.jpg untitled.bmp

    Commentaires:

    Laisser un commentaire

    «
    »